plongeuse nue

Une plongeuse nue avec des bélugas : Natalia Avseenko

Championne du monde d’apnée, la russe Natalia Avseenko a relevé le défi de plonger dans une eau à -1,5° aux côtés des baleines bélugas. La particularité de sa mission ? Nager entièrement nue et sans bouteilles d’oxygène.

La nudité au service de la science

C’est à des fins scientifiques que la championne russe a accepté de se déshabiller : en effet, les bélugas, ces sympathiques baleines ressemblant à d’immenses dauphins, fuient les combinaisons synthétiques habituelles des plongeurs qui tentent de les approcher. L’espèce est donc difficile à apprivoiser et à observer de près.

En 2011, la plongeuse russe championne d’apnée a tenté la courageuse expérience de nager dans les eaux arctiques du nord de la Russie, dans la région de Mourmansk, sans aucune combinaison ni appareillage qui puisse déplaire aux bélugas : c’est donc entièrement nue qu’elle a bravé les eaux glaciales, durant une plongée en apnée de près de 11 minutes au plus près des grands animaux marins.

Un exploit sportif, une réussite esthétique

C’est son expertise en yoga et en méditation, en plus de ses exceptionnelles capacités d’apnéiste, qui lui ont permis de réaliser l’expérience, dans des conditions qui auraient causé la mort d’un individu lambda en moins de 5 minutes.

Les bélugas, intrigués par cette nouvelle créature nageant à leur côté, n’ont pas fait preuve de leur timidité habituelle et se sont approchés pour nager avec l’apnéiste, donnant lieu à un incroyable ballet sous-marin.

Le photographe Viktor Lyagushkin a immortalisé la beauté de ces moments inédits de rencontre et de partage entre deux espèces.

Un objectif polémique

Derrière l’exploit physique et la beauté de cette plongée dans le plus simple appareil, se cache malheureusement une visée moins glorieuse. Car si la nageuse a réalisé un rêve personnel en plongeant nue auprès des baleines blanches, l’apprivoisement de ces cétacés aurait pour but plus général de prélever des individus de leur espace naturel pour les envoyer peupler les bassins des parcs aquatiques du monde entier.

Laisser un commentaire