danse theatre nu

La danse et le théâtre nu


Pour le plus grand bonheur des naturistes, de plus en plus de sportifs et d’artistes font tomber leurs vêtements pour des raisons d’esthétique et d’éthique. Pour faire passer par exemple un message environnemental, prôner la liberté du corps, afficher leur corps musclé, mieux se fondre avec la nature, apprendre à accepter son corps et rappeler que naturisme n’est pas synonyme d’exhibitionnisme. Le naturisme est aujourd’hui partout : sur les plages, dans les campings, dans les piscines, dans les salles de sport, dans les spas, sur les terrains de golf et de rugby et dans les restaurants. Saviez-vous que le nu avait aussi sa place sur les planches ? France 4 Naturisme vous présente des danseurs et des acteurs qui ont osé monter sur scène dans leur plus simple appareil.

Pourquoi danser et faire du théâtre nu ?

Comme dans toutes les formes d’art, la danse et le théâtre laissent libre cours à l’imagination et, très souvent, à l’audace. Pour cette raison, de nombreux chorégraphes et metteurs en scène songent à inclure la nudité dans le spectacle vivant. Pour capter l’attention du spectateur, véhiculer un message et parfois aussi, avouons-le, pour provoquer. L’art et la nudité est un mariage qui remonte à la nuit des temps. Des grottes préhistoriques aux sculptures en passant par la peinture, le corps mis à nu est une forme d’expression qui a une valeur artistique indéniable. Pas étonnant, donc, de voir la nudité apparaître sur les planches, dans les salles de spectacle et dans les théâtres.

La danse et le théâtre nu, une réalité

Dans le monde entier, les acteurs et les danseurs se dénudent. En France aussi. Ces dernières années, plusieurs chorégraphes, acteurs et metteurs en scène français n’ont pas hésité à se mettre à nu sur les planches au nom de leur art. Parmi les nombreux artistes, figurent notamment Olivier Dubois, Jérôme Bel et Vincent Dedienne. La nudité a aussi été présente à plusieurs reprises sur les planches de la Comédie-Française.
En 2017, Thierry Smits a marqué les esprits au Sziget Festival (Budapest) en mettant en scène 12 danseurs nus dans son spectacle Anima Ardens. Le chorégraphe français, qui reconnaît son côté provocateur, a cependant qualifié son spectacle de « consensuel » en raison de l’adhésion observée auprès du public.
En 2017 également, le violoniste Glen Donnelly eut une idée folle : sauter en parachute nu et jouer du violon dans les airs pour aider les enfants souffrant d’anorexie. Le musicien, qui a lui-même été victime de troubles alimentaires (boulimie) pendant l’adolescence, a ainsi récolté des fonds qui ont été intégralement reversés à la lutte contre l’anorexie grâce à sa bonne action insolite réalisée le jour de son 30ème anniversaire. Son intégration dans l’orchestre symphonique de Londres en 2012 fut un moment clé de sa vie qui l’ai aidé à combattre l’obésité, le stress et l’anxiété. Un combat qu’il n’a guère oublié, et qu’il souhaite mener à sa façon pour tendre la main aux jeunes qui souffrent de troubles alimentaires. D’ailleurs, Glen a si bien appris à accepter son corps qu’il est devenu adepte du naturisme.
En juin 2018, une soirée électro réservée aux naturistes a été organisée à Paris dans le centre artistique Point Éphémère. Les participants n’ont eu guère besoin de se mettre sur leur trente-et-un pour accéder au site, et ont pu danser nus pendant plusieurs heures en toute liberté. L’évènement, baptisé « Fête de l’Art de Vivre Nu », était payant et les organisateurs avaient clairement indiqué avant son déroulement que « tout comportement à caractère sexuel » conduirait à une « expulsion immédiate ».

Laisser un commentaire